RGPD : les nouvelles responsabilités des sociétés à l’ère de la protection des données


Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai 2018, modifiant le paysage juridique de la protection des données personnelles en Europe. Les entreprises et les organisations sont désormais confrontées à de nouvelles responsabilités pour assurer la protection et la confidentialité des données qu’elles collectent, traitent et stockent. Cet article décrypte les principales obligations imposées par le RGPD et propose des conseils pratiques pour permettre aux entreprises de s’y conformer.

Les principes fondamentaux du RGPD

Le RGPD repose sur un ensemble de principes fondamentaux qui doivent guider les entreprises dans le traitement des données personnelles. Ces principes incluent notamment :

  • La licéité, loyauté et transparence : les entreprises doivent traiter les données personnelles uniquement pour des finalités légitimes, claires et transparentes vis-à-vis des personnes concernées.
  • L’adéquation et la pertinence : elles doivent collecter uniquement les données nécessaires à la réalisation de ces finalités, sans excès ni indiscrétion.
  • L’exactitude : elles sont tenues de maintenir à jour leurs fichiers de données personnelles et d’effacer ou rectifier toute information erronée ou obsolète.
  • La limitation de conservation : elles ne peuvent conserver les données personnelles au-delà de la durée nécessaire pour atteindre les finalités du traitement.
  • La sécurité et la confidentialité : elles doivent mettre en place des mesures techniques et organisationnelles appropriées pour protéger les données personnelles contre les risques de perte, d’altération ou d’accès non autorisé.
  • La responsabilité : elles sont tenues de démontrer leur conformité aux exigences du RGPD et de rendre compte de leurs pratiques en matière de protection des données.

Le rôle central du consentement

L’une des principales nouveautés du RGPD est l’importance accordée au consentement éclairé et explicite des personnes concernées pour le traitement de leurs données personnelles. Les entreprises doivent obtenir ce consentement préalablement à toute collecte, sauf exceptions légales, et veiller à ce qu’il soit clair, spécifique et révocable à tout moment. Elles doivent également conserver une trace écrite des consentements obtenus, afin de prouver leur conformité en cas de contrôle ou de litige.

Le renforcement des droits des personnes concernées

Le RGPD accorde aux individus une série de droits renforcés en matière de protection des données personnelles, que les entreprises ont l’obligation de respecter. Ces droits incluent notamment :

  • Le droit d’accès : les personnes concernées peuvent demander à consulter leurs données personnelles détenues par l’entreprise et obtenir des informations sur les finalités du traitement, les destinataires des données et la durée de conservation.
  • Le droit de rectification : elles ont le droit de demander la correction d’éventuelles erreurs ou inexactitudes dans leurs données personnelles.
  • Le droit à l’effacement (« droit à l’oubli ») : dans certaines circonstances, elles peuvent exiger que leurs données personnelles soient effacées, par exemple lorsque ces données ne sont plus nécessaires aux finalités pour lesquelles elles ont été collectées, ou lorsque le consentement a été retiré.
  • Le droit à la limitation du traitement : elles peuvent s’opposer temporairement au traitement de leurs données personnelles, notamment en cas de contestation de l’exactitude des données ou d’opposition pour motifs légitimes.
  • Le droit à la portabilité : elles ont le droit de récupérer leurs données personnelles dans un format structuré et interopérable, afin de les transférer à un autre responsable du traitement.
  • Le droit d’opposition : elles peuvent s’opposer à tout moment au traitement de leurs données personnelles pour des raisons tenant à leur situation particulière ou pour des finalités liées au marketing direct.

La désignation d’un délégué à la protection des données (DPO)

Selon le RGPD, certaines entreprises doivent nommer un Délégué à la Protection des Données (Data Protection Officer ou DPO), chargé de superviser et conseiller sur les questions relatives à la protection des données. La désignation d’un DPO est notamment obligatoire pour les autorités et organismes publics, ainsi que pour les entreprises dont les activités principales consistent en des traitements à grande échelle de données sensibles ou visant à surveiller systématiquement les individus.

Les obligations en matière de sécurité des données

Le RGPD impose aux entreprises de prendre des mesures techniques et organisationnelles appropriées pour assurer la sécurité et la confidentialité des données personnelles qu’elles traitent. Ces mesures peuvent inclure, par exemple, le chiffrement des données, la mise en place de contrôles d’accès, la réalisation de tests et d’audits réguliers, ou encore la formation du personnel sur les bonnes pratiques en matière de protection des données.

La notification des violations de données

En cas de violation de données (c’est-à-dire une atteinte à la sécurité ou à l’intégrité des données personnelles), le RGPD prévoit que les entreprises doivent en informer l’autorité compétente (la CNIL en France) dans un délai maximal de 72 heures. Si la violation est susceptible d’engendrer un risque élevé pour les droits et libertés des personnes concernées, celles-ci doivent également être notifiées sans délai injustifié. Des sanctions administratives peuvent être prononcées en cas de non-respect de ces obligations.

Les sanctions encourues en cas de non-conformité

Le RGPD prévoit un régime de sanctions renforcé pour les entreprises qui ne respecteraient pas leurs obligations en matière de protection des données. Les amendes administratives peuvent atteindre jusqu’à 20 millions d’euros ou 4% du chiffre d’affaires annuel mondial, selon le montant le plus élevé. Les personnes concernées peuvent également intenter des actions en justice pour obtenir réparation de leur préjudice.

Afin de se conformer au RGPD et d’éviter les risques juridiques et financiers associés, les entreprises doivent adopter une approche proactive et responsable en matière de protection des données, en s’appuyant sur les principes et obligations énoncés dans ce règlement, ainsi que sur les recommandations des autorités compétentes et les bonnes pratiques professionnelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *